Exposition :
Serge Gangolf - Adelin Donnay - Yannis Paroutis


Exposition :
 
   Serge Gangolf - Adelin Donnay - Yannis Paroutis

Exposition du 15  au 23 novembre 2014



Gandolf


Serge Gangolf

Le fait d’avoir participé au Jury qui a
désigné Serge GANGOLF comme
professeur de sculpture, me permet
aujourd’hui de mieux mesurer la
distance qu’il a parcourue.

L’acquisition de son art, durant ces
années, la perfection de ses moyens
techniques, met en valeur tout le talent
que l’on pouvait déjà discerner.

Serge Gangolf est un créateur dont le
parcours est devenu impressionnant.
Il est surtout un homme, sculpteur, qui
a l’art de mettre à jour, au travers de
matériaux très divers, la passion qui
l’anime.

Qu’elle soit en pierre, acier ou bronze, chaque sculpture, chaque forme, tient compte de l’exigence du matériau et
dialogue merveilleusement avec
l’espace qu’elle définit.

Elle révèle un homme passionné,
sensible et méticuleux.


 


Yannis Paroutis
Yannis Paroutis

Yannis Paroutis aka Outis construit
un dialogue, une union entre le
graphisme et l’illustration.
En effet, il nous propose de découvrir au travers de ses compositions un genre et
une technique ancrés dans son époque qu’est l’art digital.

Yannis Paroutis puise ses inspirations et
ses reflexions dans la culture populaire (bande dessinée, cinéma,
science-fiction, littérature,...).

La collection d’illustrations présentée
aura pour thème la relation entre
l’Homme et la machine.
Yannis Paroutis vous invite
cordialement à rentrer dans son
univers fantastique et futuriste.



Adelin Donnay


Adelin Donnay

On se demande parfois ce qui fait qu’un homme ou une femme garde le crayon et
le pinceau. «garde» car le plus souvent, quand nous apprenons à lire et à écrire, nous abandonnons, définitivement, ce partenaire extraordinaire qu’est le monde du dessin et des images que l’on crée.

Comme beaucoup, Adelin, n’a jamais
vraiment abandonné ; pendant un
temps, à cause des hasards de la vie et
de ses contraintes, il a simplement dû
déposerle crayon. Et puis, un jour, pour le sourire d’une enfant, il redécouvre que le dessin est  toujours là.

Depuis cet instant, le crayon et
le pinceau ne l’ont plus laché.
Des silhouettes, des faces, pas des profils.
Des taches qui ne cherchent ni à définir
ni à préciser. Des ombres. Imprésises.
Des individus certainement. Mais sans
visage. Comme ces anges anonymes qui
veillent sur nous et nous secourent
«Philippe Delaite»



 

 


retour à la liste des expositions