Exposition : Régine Vandormael - Hugo Detroz - Pascale Bronfort - Patrick Detroz    


Exposition : 
Régine Vandormael - Hugo Detroz - Pascale Bronfort - Patrick Detroz



Régine Vandormael


Femmes enfants sans tête, comme des poupées qui auraient été oubliées dans le grenier, ces sculptures aux seins lourds et aux petits pieds sont troublantes et contradictoires.

Elles dérangent par la disproportion des membres et nous emmènent dans un monde dubitatif, nostalgique : "Le passage de la vie d’une fille... devenue femme malgré elle!?"

Le travail des patines intrigue, comme une fausse peau dont le but est de projeter une émotion matiériste.

Hugo Detroz

Jeune photographe de 27 ans, Hugo Detroz décide de quitter la "belgitude" en 2010. Il arrête ses études et part à la découverte de l’Australie pour, au départ, une durée de neuf mois.

Finalement, il entreprend un voyage inédit de 15 mois, engagé par une famille faisant un tour du monde en bateau. Il visite quinze pays autour du Pacifique dans des lieux extrêmement isolés et inconnus de nos cultures occidentales comme la Papouasie- Nouvelle-Guinée, la Micronésie, Palau.

En tout et pour tout, il fera plus de cent mille kilomètres avec, dans la tête, le désir de faire partager ses souvenirs, ses moments mémorables.

 

Pascale Bronfort

Pascale Bronfort peint un univers en trompe l’oeil : d’apparence abstraites, colorées et vibratoires, ses toiles synthétisent une émotion cachée. Les traces noires sont comme des tentures picturales où se cache une femme révélée et libre.

Il ne faut pas se fier aux apparences : si son travail est simple, consistant et esthétique, un message discret " Pop Art " nous révèle une intention forte et modeste à la fois.
Pascale crée une mise en scène sans évidence, mais livre à notre discrétion, une vision résolument féminine, sensuelle avec en plus une note d’humour !

Une peinture jeune, assumée, solaire qui fait du bien au regard...

 

Patrick Detroz

 

Patrick Detroz a découvert la peinture acrylique à travers l’abstrait lyrique et le matiérisme brut. C’est en abordant le nu féminin qu’il découvre une source d’inspiration : la femme dans toute sa coquetterie.

En quelques traits aux allures désinvoltes, il exprime l’essentiel : un cathexis ! Il vibre par un détail, un élément subtil qui tranche avec la matière "croûtée". Le noir, le blanc, les coulées transparentes apportent aux tableaux une force particulière.

Patrick Detroz peint un flash. Il ne veut pas embellir la femme mais projeter une image d’elle dans un esprit impressionniste voir abstrait. Des traits libres traversent la toile comme une esquisse liée au monde de l’inachevé. Un travail dur, en recherche, sans artifice.